Lettre d'information n°3 PDF Imprimer Envoyer

 

Au hasard des conversations, aux travers de revues dont les articles sont, paraît-il, exclusivement réservés aux médecins, nous glanons différentes informations qui, parfois insignifiantes de prime-abord, offrent à l'occasion la réponse à une question qui trottait depuis trop longtemps dans la tête de l'un d'entre-nous. C'est pourquoi, dès que leur nombre est suffisant pour justifier un courrier, nous vous les faisons parvenir. Nous espérons que ces infos retiendront votre attention et que quelques-uns d'entre-vous y trouveront un indice intéressant. A bientôt, Nadine & Henri "

 

Dans ce N¡3 de " Quelques infos· ", nous avons souhaité vous donner des informations précises sur ce que sont les marqueurs sanguins relatifs au VHC et ce à quoi ils correspondent. Nous entendons très souvent prononcer ces termes : gamma GT, sgot, sgpt, etc· Désormais, vous saurez ce que cela veut dire. Nous savons tous qu'on ne peut vivre sans foie ; mais connaissez-vous toutes les fonctions du foie ? Eh bien, voilà qui sera fait ! Dans un troisième volet et grâce à l'intervention d'une de nos membres qui a eu vent de l'affaire, nous avons interrogé le laboratoire INNOGENETICS sur les dernières avancées de leur vaccin curatif contre le virus de l'hépatite C. Nous les avions contactés vers le mois de novembre dernier, époque à laquelle ils en étaient encore aux expérimentations sur des chimpanzés. Ont-ils commencé la phase des essais sur cobayes humains ? La réponse dans les pages qui suivent·

 

Dès que nous aurons des précisions, nous vous ferons connaître les lieux et dates de nos réunions de rencontre et d'échange des porteurs d'hépatites C. N'oubliez pas que nous sommes toujours à votre disposition pour répondre à vos questions ou, plus simplement, pour parler ensemble de votre maladie, de vos angoisses, de vos doutes, plus simplement, de ce qu'il vous plaira ! á Par téléphone, au 068/84.30.50 á Par courrier, à l'adresse ci-dessus, á Par e-mail à l'adresse : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. et désormais au travers de notre site Internet, encore en cours de construction : http://perso. infonie.be/gaiph.asbl A toutes et tous, nos plus cordiales salutations et à une prochaine fois, Henri & Nadine.

 

MARQUEURS SANGUINS DES MALADIES DU FOIE.

Le premier examin à réaliser lorsqu'on soupçonne une hépatite virale, quelle qu'elle soit, c'est le dosage des transaminases. Si elles sont élevées, c'est le signe que le foie est atteint. Il y a malgré tout des exceptions, c-à-d des personnes ayant une sérologie positive et des transaminases peu ou pas perturbées mais dont une biopsie hépatique a révélé des lésions. Ces personnes rencontrent en général des problèmes d'accès aux soins car on ne pratique une biopsie que lorsque les transaminases sont durablement perturbées et la sérologie hépatique positive. En général, on détecte la présence d'une hépatite virale par un test de recherche des anticorps que fabrique notre système immunitaire afin de détruire les antigènes du virus pour le neutraliser. En cas de résultat positif, on pratique un examens sanguin plus détaillé sur les différents marqueurs hépatiques :

 

Transaminases : (enzymes de cytolyse)

Les transaminases ALAT (sgpt) et ASAT (sgot) sont des enzymes contenues en abondance dans le foie. Quand les hépatocytes (cellules du foie) sont détruites, elles libèrent une partie de leur contenu dans le sang, ce qui provoque une augmentation des transaminases, proportionnelle à l'intensité de l'agression. L'élévation des transaminases est importante en cas d'hépatite aigu‘ (plus de 10 fois la norme) et plus modérée en cas d'épisode chronique (en général 2 à 5 fois la norme). La norme correspond à la destruction normale des hépatocytes qui meurent et sont renouvelés.

 

ATTENTION : il faut noter que certaines personnes présentent une fibrose du foie sans augmentation des transaminases. Nous ne pouvons l'expliquer mais ce cas existe et met ces personnes en difficulté d'accès aux soins car cet accès est subrogé à une perturbation des transaminases pendant au moins six mois.

 

Gamma-gt (gammaglutamyl transpepditase)

Les gamma-gt sont des enzymes dont l'augmentation dans le sang peut être le signe d'une destruction des cellules du foie. Mais leur augmentation est en général moins marquée que celle des transaminases, sauf dans le cas où la fonction biliaire est affectée.

 

La bilirubine

C'est un pigment qui donne sa couleur à la bile et qui est issu de la dégradation des globules rouges. Quand un foie lésé ne parvient pas à évacuer la bile en excès vers la vésicule biliaire, le taux de bilirubine sanguine augmente. La bile, quant à elle, est sécrétée par les hépatocytes et indispensable à la digestion des graisses.

 

Les phosphatases alcalines : (enzymes de cholestase)

La mesure de ces enzymes permet, elle aussi, de déceler une éventuelle défaillance biliaire. Quand c'est le cas, les hépatocytes augmentent leur production de phosphatases alcalines que l'on retrouvera en plus grande quantité dans le sang. (entre 1 et 4 fois la limite supérieure de la norme)

 

L'albumine

Le dosage de l'albumine permet d'évaluer une autre fonction du foie, à savoir la synthèse des protéines. Une baisse en dessous de 40 grammes par litre de sang de la concentration de cette protéine, produite uniquement par le foie, peut être un signe d'insuffisance hépatocellulaire.

 

Les facteurs de coagulation

De nombreux facteurs de coagulation sont synthétisés par le foie. En cas d'insuffisance hépatocellulaire, leur diminution entraîne une baisse du taux de prothrombine, également appelé temps de Quick.

 

Les immunoglobulines

En cas d'hépatite, les immunoglobulines (qui sont des anticorps) sont plus nombreuses dans le sang. Une hépatite chronique active se traduit souvent par une augmentation exclusive des immunoglobulines de type gamma. (IgG) Il est à noter que dans les résultats d'examens sanguins, la recherche des différents anticorps est souvent reprise sous la rubrique : sérologie infectieuse.

 

Les dernières nouvelles du vaccin·

Nous avons pris contact tout récemment avec le laboratoire INNOGENETICS situé à Gand, au sujet des dernières avancées de leur vaccin anti-VHC appelé E-1. Monsieur Luc Vandessel, des relations publiques, nous a fait part des dernières nouvelles concernant leur vaccin anti-VHC. Nous vous rappelons qu'il s'agit d'un vaccin curatif qui, en plus d'immuniser la personne contre l'infection par le VHC, devrait également détruire ce dernier. Jusqu'à la fin de cette année, ils terminent la phase 2 de l'étude qui consiste en une étude clinique du vaccin sur 30 personnes dont une partie est porteuse du VHC, l'autre pas. Ils doivent en principe publier les résultats de la phase 2 au début de l'année 2002. Pendant cette année encore, ils devront également sélectionner près de mille personnes pour commencer la phase 3 sur un nombre plus important de patients pour que l'étude puisse tre probante. S'ils n'arrivent pas à sélectionner ces 1000 personnes, ce qui nous paraît impensable, ils opteraient alors pour la phase 2B qui consiste simplement à continuer la sélection de nouveaux candidats·

 

Nous pouvons nous rendre compte que l'étude d'un nouveau produit pharmaceutique, et surtout un vaccin anti-VHC qui doit se montrer efficace contre les six génotypes du VHC et leurs différents sous-groupes, n'est pas une mince affaire mais un travail de longue haleine. Les différents hépato-gastroentérologues avec lesquels nous sommes en relation ne voyaient pas ce vaccin sur le marché avant 2005 ou 2006. A la vue des derniers éléments, il semble bien que cette estimation soit réaliste. De plus, quand on voit quel est le prix du vaccin contre l'hépatite B, dont on est maintenant sžr qu'il ne provoque pas la sclérose en plaques, nous n'osons imaginer quel sera le prix du nouveau vaccin anti-VHC ! De plus, sera-t-il remboursé par l'INAMI ? Nul ne pourrait le dire quand on voit que notre Ministre de la Santé a refusé le remboursement de la Ribavirine, avec les conséquences que l'on sait.

 

En effet, " un laboratoire " qui approvisionne les hôpitaux gratuitement en ribavirine depuis plusieurs années a semble-t-il décidé de retirer sa subvention au " Forum Hépatite C " à Bruxelles dont l'existence semble bien compromise. Ce forum réunissait toutes les parties en cause, dont vos serviteurs, et devait se montrer particulièrement actif dans des campagnes de préventions au niveau national. C'est bien dommage·

 

LE RÔLE DU FOIE

Du fait de ses nombreuses fonctions, le foie est un des organes principaux du corps humain. Le sang est amené au foie par l'artère hépatique et par la veine porte. Tandis que la veine hépatique apporte du sang oxygéné riche en en sustance nutritive, la veine porte apporte du sang désoxygéné.

 

Dans le foie, le sang artériel entre en contact étroit avec les cellules hépatiques, qui prélèvent une partie des substances nutritives (et des substances toxiques) dans le sang. Le tissu hépatique est constitué de lobules aux cellules polyédriques, les hépatocytes. Ces cellules fabriquent la bile, excrétée par les canalicules biliaires, qui débouchent dans les canaux biliaires aboutissant au canal hépatique.

 

Les fonctions du foie relatives au métabolisme sont les suivantes :

 

- la production de la bile.

- la transformation et la formation de substance nutritives.

- la formation de protèines dont l'albumine.

- la désintoxication du sang, le stokage du fer, de vitamines et de glucose.

 

La production de la bile Le cellules hépatiques produisent en moyenne un demi-litre de bile toute les 24 heures. La majeure partie de cette bile est fabriquée au cours de la soirée et de la nuit. La bile contient de l'eau, du mucus, du cholestérol, des sels biliaires et de la bilirubine. La bile hépatique est entreposée dans la vésicule biliaire et est acheminée vers le duodédum. Les sels biliaires jouent un rôle important dans la digestion. Après un repas riche en graisse, la vésicule se contracte, la bile passe par le canal cholédoque pour aboutir dans le duodénum.

 

La transformation et la formation des substances nutritives :

Les protéines transformées en acides aminés dans l'intestin grêle sont cédées au sang de la veine porte et amenées vers le foie, 95 % des protéines que l'on retrouve dans le plasma sanguin sont fabriquées par le foie. Si une carence en un acide aminé bien précis existe en un endroit quelconque de l'organisme, les sels aminés restant dans le foie (en surplus) se transforment pour devenir l'acide aminé nécessaire. Les glucides, transformés en molécules de sucre dans l'intestin grêle, deviennent sous l'influence de l'hormone insuline, du glycogène entreposé dans le foie. Lorsque que le taux de glucose dans le sang tombe, le glycogène qui se trouve dans le foie est transformé, sous l'influence des hormones adrénaline et glucagon.

 

Le foie possède également la possibilité de fabriquer à partir de différents matériaux de grandes molécules composées (protides, lipides, glucides) par exemple l'albumine.

 

La détoxication du sang

Le foie rend inactives les substances qui sont toxiques pour l'organisme. Les substances actives de nombreux médicaments se combinent à l'oxygène, ce qui les rends inoffensives. Cela est vrai pour l'alcool, qui peut abîmer le foie. L'amoniaque résultant de la transformation des acides aminés en glucose est transformé par le foie en urée, et éliminé dans l'urine en passant par les reins. Le stokage du fer, de vitamines et de glucose Le foie n'entrepose pas seulement le glucose, mais le fer. Le fer qui se dégage lors de la formation de la bilirubine est entreposé dans le foie, tout comme celui qui se trouve dans les aliments. Lorsque l'organisme a besoin de fer, celui qui est stocké se combine à de l'albumine et rejoint le circuit sanguin. Le fer est essentiel à la fabrication des globules rouges de la moelle osseuse. Le foie stocke la vitamine A, D,E, K, B12.

 

La vésicule biliaire

La vésicule biliaire est située sous le foie, entre les deux petits lobes. Elle sert d'entrepôt à la bile fabriquée par les cellules hépatiques, qui gagne le canal hépatique par les canaux biliaires du foie. Le canal cystique conduit la bile à la vésicule bilaire. La bile est nécessaire pour digérer les lipides dans l'intestin grêle.

 

La digestion des aliments

L'organisme prélève dans les aliments des substances bâtisseuses (matériaux) et énergétiques (combustibles) : les substances bâtisseuses sont employées pour produire des substances telles que les protéines, les hormones, les enzymes, ainsi que pour la fabrication de nouvelles cellules. Le principal matériau dans les aliments est la protéine.

 

Les protéines sont constituées d'acides aminés ; elles sont transformées par les enzymes qui se trouvent dans le suc gastrique, le suc intestinal et le suc pancréatique. Les substances énergétiques permettent de fournir l'énergie nécessaire pour :

 

 

 

 

 

- les mouvements du corps sous toutes leurs formes ou travail mécanique.

 

- le processus du métabolisme et formation de nouvelles substances.

 

- la formation de substances énergétiques spéciales ou fournisseurs d'énergie de réserve. (les glycogènes)

 

- le maintien de la température corporelle.

 

 

 

Les principaux combustibles : les hydrates de carbone (sucres) et les graisses (triglycérides). C'est dans l'estomac que se produit la première phase de la digestion proprement dite, grâce à l'action du suc gastrique. La décomposition de protéines est commencée dans l'estomac et le processus se poursuit dans l'intestin grêle dont la principale tache constitue à céder au sang les substances indispensables à l'organisme. Le pancréas et le foie (avec la vésicule biliaire) fournissent certaines des substances nécessaires à la digestion des aliments.

 

L'insuffisance hépatique

 

La cirrhose est le remplacement de l'architecture normale du foie par une fibrose mutilante diffuse. Cette fibrose est la conséquence d'une production excessive de constituants de substances situées entre les cellules, notamment de collagène. La fibrose est définitive et les cellules du foie normales (les hépatocytes) sont en plus petit nombre. La cirrhose a deux conséquences notables : l'hypertension portale et l'insuffisance hépatique. Les hépatocytes étant moins importants en quantité, et avec des fonction diminuées (de synthèse et de détoxication), ils ne sont plus capables (à un stade avancé de la maladie) de subvenir aux besoins de l'organisme dans différents domaines. Ainsi, le taux d'albumine du sang baisse, la coagulation est déficiente et les médicaments nécessitant une détoxication hépatique deviennent dangereux. Les signes d'insuffisance hépatique associent à divers degrés, un foie plus ou moins gros, un ictère ou jaunisse (dž à une atteinte des voies drainant la bile), une ascite (accumulation d'eau et de protéines dans la cavité péritonéale), des anomalies cutanées (angiomes, paume des mains rouges.) On peut freiner l'aggravation de l'insuffisance hépatique en agissant sur la cause de la cirrhose : arrêt de l'alcool, médicaments antiviraux.