Manifeste 2 Imprimer

 

2. Nous souhaitons que des moyens suffisants soient consacrés à la prévention des hépatites B et C, et plus particulièrement de l'hépatite C, par la création, au niveau des pouvoirs publics, d'une ligne budgétaire consacrée à la prévention.

Anna témoigne :

 

Lorsque mon médecin généraliste a annoncé à mon époux qu'il était porteur du virus de l'hépatite C, il ne lui a donné aucun conseil de prévention pour mes enfants et moi-même, si ce n'est de nous conseiller le dépistage de toute la famille qui s'est avéré négatif. Aux nombreuses questions que je lui ai posées ensuite, celui-ci n'a pas pu ou n'a pas voulu me donner de réponses satisfaisantes, sur l'utilisation ou non du préservatif, sur nos habitudes quotidiennes, en cas blessure de mon mari, etc.

 

Ces témoignages ne sont pas rares, malheureusement. D'ailleurs, certains médecins généralistes se plaignent d'un manque cruel de formation quant à cette maladie et à son traitement. Rien non plus n'est fait en matière de prévention par les pouvoirs publics: qui sont les groupes à risques qui doivent être systématiquement dépistés et vaccinés contre l'hépatite B ?

Que faire lorsque l'on a un doute après un comportement à risque ou si l'on fait partie d'un de ces groupes à risques ? Rien n'est dit, rien n'est écrit. D'un côté, la sourde oreille, de l'autre le stylo fatigué! Des campagnes de sensibilisation sont nécessaires pour les hépatites B et C autant qu'elles le sont pour le SIDA !