Manifeste 6 PDF Imprimer Envoyer

6. Nous réclamons une attention particulière pour les personnes atteintes d'hépatites qui sont isolées et parfois dans l'impossibilité, vus les effets secondaires du traitement, de faire leurs courses ou simplement se rendre à la pharmacie. Nous espérons recruter des bénévoles dans ce but, mais là aussi, les CPAS et autres organismes sociaux pourraient apporter leur participation.

 

De nombreuses personnes atteintes d'hépatite C avouent qu'elles n'auraient pas eu le courage de continuer leur traitement sans le soutien empathique de leur famille et de leur entourage.

Voici le témoignage de Serge, 43 ans, au CPAS :

J'ai commencé le traitement Interféron/Ribavirine durant quelques mois. Mais vivant seul, j'ai vite été dans l'impossibilité de me déplacer pour faire mes courses. J'étais très déprimé et souffrais de douleurs incessantes. J'ai été contraint d'arrêter le traitement, c'était trop dur à supporter tout seul, malgré la visite d'infirmières pour me faire les piqûres. C'est la première fois que ma solitude m'est apparue si difficile à assumer.

 

Dans le cas de Serge, peut-être que la visite d'une assistante sociale ou d'un membre d'une association de patients pour lui remonter le moral et faire quelques courses pour lui, aurait permis à Serge de tenir le coup moralement et d'aller jusqu'au bout de son traitement. Le traitement de l'hépatite C chez des patients isolés doit pouvoir être complété, si nécessaire, par un accompagnement offrant une aide logistique (courses, démarches administratives, ...) et un soutien moral.

 

Les mieux placés pour ce type de démarches sont évidemment les CPAS ou autres organismes sociaux. Cela fait aussi partie de nos objectifs pour autant que nous puissions recruter des bénévoles motivés ou que nous ayons les moyens financiers nécessaires pour salarier ce type de personnes.